Bonne année!

Meilleurs vœux et très bonne année 2019 de la part du SNFOLC et de la confédération FO. Cette année va commencer avec beaucoup de combats.

– Combat pour l’augmentation de nos salaires.

Jusqu’à présent,  nous revendiquions une augmentation de notre point d’indice de 16% pour rattraper notre pouvoir d’achat.

Mais, vu le nouveau gel de notre point d’indice et l’inflation, nous réclamons désormais une augmentation du point d’indice de 18%. Ceci, d’autant plus que le Secrétaire d’Etat chargé de la Fonction publique a convoqué en urgence les organisations syndicales pour leur indiquer les mesures prises en faveur du pouvoir d’achat.  Résultat : rien pour les fonctionnaires !

– Combat contre parcoursup et la réforme du lycée.

– Combat pour nos conditions de travail, pour la création de postes en nombre suffisant.

Lors du dernier CTM, il a été attribué 50 postes (Equivalent Temps Plein) de plus pour l’Aquitaine alors que le nombre d’élèves continue d’augmenter. Cela sera-t-il suffisant pour diminuer les effectifs des classes ? Nous le saurons prochainement. Pour rappel, l’année dernière l’académie avait eu 114 ETP supplémentaires et en 2017 nous en avions 256.  Cette liste de combats n’est pas exhaustive.

Nous avons été reçus à la fois au ministère et à la préfecture, pour ne rien obtenir pour l’instant (voir les comptes rendus sur le site). FO appelle à organiser partout, dans les collèges et les lycées, des assemblées générales pour définir les revendications et décider des moyens d’action, y compris par la grève. La FNEC FP FO a donc déposé un préavis de grève du 7 janvier jusqu’au 19 janvier pour couvrir toutes les initiatives au niveau national, académique et départemental.

Nous discuterons de tout cela mais aussi du résultat des élections professionnelles lors de notre AG de janvier. Elle aura lieu le vendredi 25 janvier, toute la journée. Les adhérents ont jusqu’au 22 janvier pour déposer leur convocation à leur secrétariat. Merci de nous prévenir par mail si vous participez à l’AG et si vous vous inscrivez pour le repas de midi (participation de 10 €  demandée).

Bonne reprise et bonne semaine.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le ministre veut imposer une 2e heure supplémentaire pour accompagner ses suppressions de postes

Commmuniqué du SNFOLC Com. HSA

Le SNFOLC n’accepte pas!

Le ministre a décidé de présenter aux organisations syndicales un projet de décret qui impose une deuxième heure supplémentaire année (HSA) « non refusable par les enseignants du second degré » à compter du 1er septembre 2019. Ce texte sera soumis pour avis au Comité technique ministériel du 30 janvier. Le 17 janvier, le ministère convoque une multilatérale pour examiner ce projet : le SNFOLC en demandera le retrait.

Pour le ministre, cette mesure permet d’augmenter le pouvoir d’achat des enseignants (sic). Il ne s’agit pas d’augmenter le pouvoir d’achat, il s’agit de compenser les suppressions de postes, d’augmenter le nombre de divisions – et donc d’élèves – par professeur. Et on ose nous parler de la prétendue « école de la confiance » ? Et l’année prochaine, si les suppressions de postes se poursuivent, ce sera une 3e heure supplémentaire obligatoire ?

Personne n’a demandé au ministre une deuxième heure supplémentaire bligatoire, mais par contre tous exigent que le point d’indice soit débloqué. C’est le seul dispositif qui permette d’augmenter le montant des pensions. C’est la revendication exprimée par les personnels.

C’est une mesure d’urgence pour Force Ouvrière à laquelle le gouvernement s’oppose farouchement. Mais par contre, cela ne l’a pas empêché de confirmer l’augmentation de la
retenue pour pension civile au 1er janvier 2019 (10,83% du traitement brut, contre 10,56% en 2018). Concrètement, cela signifie près de 65 euros en moins sur une année pour un traitement brut de 2 000 euros.

Face à la mobilisation des « gilets jaunes », le gouvernement a été contraint d’augmenter de 300 euros le salaire des policiers. Il doit répondre à l’exigence de tous les salariés du public et du privé qui n’en peuvent plus : augmentation générale des salaires, augmentation de la valeur du point d’indice des fonctionnaires.

Imposer une deuxième HSA à tous les enseignants du second degré est encore une attaque du ministre, au compte du Président de la République et du gouvernement, alors que les conditions de travail ne cessent de se dégrader dans les établissements et que les missions exigées des personnels sont démultipliées en application du décret Hamon du 20 août 2014, de la nouvelle circulaire sur le rôle des professeurs principaux, de l’évaluation-PPCR – que FO a refusés.

Pour Force Ouvrière, le projet de décret du ministre est inacceptable, elle votera contre au Comité technique ministériel du 30 janvier.
Le SNFOLC, avec la FNEC FP-FO, appelle tous les personnels à se réunir partout en assemblées générales, en heures d’information syndicale, dans les collèges, les lycées, pour prendre position et décider des moyens pour obtenir satisfaction sur leurs revendications, y compris par la grève :
– Augmentation immédiate du point d’indice
– Retrait du projet de décret imposant une deuxième HSA
– Abrogation des réformes du baccalauréat, du lycée, de la loi ORE et de Parcoursup
– Création de postes statutaires pour diminuer les effectifs par classe

Publié dans Actions, Agrégés, Certifiés, Droit syndical, Fonctionnaires, Rémunérations, Services publics | Laisser un commentaire

Assemblées générales partout !

Loin de faiblir, la colère profonde des salariés du public comme du privé, des gilets jaunes comme des stylos rouges s’enracine. Le moins qu’on puisse dire c’est que les allocutions successives du Président de la République les 10 et 31 décembre 2018 confirment sa volonté de poursuivre la réforme des retraites, de la fonction publique d’Etat, de l’assurance chômage. Il ignore les revendications des salariés, des lycéens, des étudiants et des retraités.

Aucune réponse aux revendications n’a été apportée

Les personnels des lycées se sont fortement mobilisés avec les organisations syndicales et les lycéens avant les vacances. La seule réponse du ministre Blanquer : « Il n’est pas question de céder aux pressions de la rue. », « toutes les enquêtes montrent une approbation massive de la part des lycéens » ! Selon la méthode présidentielle, au Comité Technique Ministériel du 19 décembre, il supprime 2 650 postes dans le second degré et tente de camoufler la suppression de 2 085 postes, conséquence directe de la deuxième heure supplémentaire imposée.

La mobilisation est toujours à l’ordre du jour contre les réformes imposées

Ce lundi 7 janvier, par exemple, les professeurs du lycée Edgar Quinet, à Paris, sont en grève. Ils s’expriment avec leurs organisations syndicales (SNES, SNFOLC, SUD et CGT) dans un communiqué de presse : « Le gouvernement a lancé une réforme du lycée qui prévoit la fin des séries générales (ES, L et S). A la place de ces séries, les élèves devront choisir trois grandes spécialités en classe de Première, puis deux en classe de Terminale. Chaque lycée est supposé proposer sept spécialités au minimum. Or, quatre jours avant les vacances de Noël, nous avons appris brutalement que notre lycée ne proposerait que cinq spécialités au lieu des sept minimum annoncées. Aucune concertation n’a eu lieu, nous avons été mis devant le fait accompli (…). Nous avions également au lycée un enseignement artistique (Musique) qui ne pourra plus être proposé. Par conséquent, un élève de Seconde au lycée Edgar Quinet ne pourra pas s’orienter vers l’une de ces trois spécialités, qui étaient des composantes essentielles de la filière L. Cet élève devra donc : – – soit changer de lycée s’il souhaite suivre ces spécialités (mais rien ne garantit qu’il obtienne gain de cause)
– soit subir les choix imposés.
C’est cet appauvrissement de l’enseignement dans notre lycée qui nous met en colère et nous choque. Où est donc la « vaste liste de spécialités » promise par le ministre ? Sous prétexte que nous sommes un petit établissement – et pour faire des économies budgétaires, il a été décidé que les élèves du lycée Edgar Quinet n’auraient pas le droit aux
mêmes choix d’orientation que les élèves d’autres lycées parisiens. (…) Nous sommes donc mobilisés pour que le lycée Edgar Quinet puisse proposer la même chose que les autres lycées parisiens, dans les mêmes conditions d’encadrement et de travail ! Chez nous comme dans d’autres lycées, les promesses du ministre M. Blanquer: « Plus de choix, plus de liberté, plus d’accompagnement ! » se traduisent par moins de choix, moins de liberté, moins d’accompagnement. »

Quant au salaire, c’est toujours rien !

La seule réponse du ministre est la mise en place d’un « observatoire de la rémunération des professeurs » (Grand Jury RTL, le 6 janvier 2019) et pour certains le recours à la prime d’activité. Et le ministre prétend que la 2e HSA imposée serait la réponse adaptée à la revendication d’augmentation des salaires ? De qui se moque-t-on ? Nos salaires vont encore baisser en janvier. Le point d’indice est bloqué depuis 2010 (la double hausse de 0,6 % sur 2016-2017 est dérisoire) conduisant à une perte de salaire de 18 % depuis 2000 !
Les revendications demeurent:

  • Retrait de la réforme du lycée et du baccalauréat
  • Retrait de Parcoursup
  • Abrogation de la loi ORE
  • Arrêt des suppressions de postes
  • Augmentation immédiate du point d’indice

La FNEC FP-FO a déposé un prévis de grève à compter du 7 janvier et adresse une lettre ouverte au ministre Blanquer. Avec sa confédération, le SNFOLC « réaffirme la nécessité d’engager la mobilisation à tous les niveaux permettant de créer le rapport de force interprofessionnel, y compris par la grève, et invite les syndicats à organiser les assemblées générales en ce sens » (résolution de la CE Confédérale FO du 13 décembre 2018).

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Lettre ouverte au ministre de l’Education nationale

Communiqué de la FNEC-FP FO Lettre ouverte JMB 08 01 19

Monsieur le Ministre,
Nous sommes consternés par vos récentes déclarations.

Vous dites avoir «la plus grande écoute et la plus grande estime pour les enseignants de France, et ils le savent.Je pense que c’est même ma marque de fabrique depuis que je suis arrivé.»
Vous dites oeuvrer à «l’école de la confiance».
Vous affirmez : «les choix budgétaires que j’ai fait vont dans le sens d’une amélioration du
pouvoir d’achat des professeurs».

Vous ne pouvez l’ignorer, monsieur le Ministre, les personnels de votre ministère, de toutes catégories, comme tous les fonctionnaires, se sentent méprisés, abandonnés. Nous vous l’avons redit par courrier et en audience en décembre.
Ni les heures supplémentaires, ni l’évolution des carrières au mérite, ni l’addition de primes, ni le miroir aux alouettes du protocole PPCR ne compensent l’effondrement du pouvoir d’achat subi depuis des années.

Nous exigeons, monsieur le Ministre, à nouveau l’ouverture immédiate de négociations salariales sur l’augmentation de la valeur du point d’indice ainsi que sur une vraie revalorisation des grilles.
Ce que votre gouvernement a dû concéder face à la mobilisation des agents du ministère de l’Intérieur, par la négociation, doit être étendu à l’ensemble des agents publics.

Vous affirmez que les réformes que vous mettez en oeuvre dans l’Education nationale suscitent l’adhésion des personnels.
Alors même que les enseignants et tous les personnels sont épuisés par les réformes successives qui éclatent le cadre national de l’école de la république et dégradent les conditions de travail.

Vous supprimez 2 650 postes de personnels enseignants dans le secondaire pour 40 000 élèves supplémentaires à la rentrée 2019, vous supprimez 400 postes de personnels administratifs, vous ne créez pas les milliers de postes nécessaires dans l’enseignement élémentaire.
Voilà la réalité crue de vos réformes.

Ce qui est nécessaire, ce que veulent les personnels, le dégel du point d’indice, c’est la création massive de postes. Vos réformes ne sont pas les nôtres : lycée, bac, voie professionnelle, vous devez les suspendre et ouvrir des négociations avec les organisations syndicales.

Il y a urgence, Monsieur le Ministre. Une nouvelle fois, nous condamnons vos propos et décisions de répression contre les lycéens et étudiants qui avec raison, remettent en cause l’application de la réforme du lycée, du bac et Parcoursup qui instaure la sélection pour l’entrée à l’université.
Nous n’accepterons aucune remise en cause à la liberté de manifester, tout comme nous n’accepterons aucune remise en cause à la liberté d’expression des fonctionnaires, garantie par l’article 6 du statut de la fonction publique.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Pouvoir d »achat : les fonctionnaires humiliés !

Communiqué de presse FO 2018-12-21 COMMUNIQUE DE PRESSE FO FONCTON PUBLIQUE REUNION PRESIDEE PAR OLIVIER DUSSOPT

Le Secrétaire d’Etat chargé de la Fonction publique a convoqué en urgence les organisations syndicales pour leur donner les mesures en faveur du pouvoir d’achat.
Résultat : rien pour les fonctionnaires !

Un gouvernement coupé des réalités, bunkerisé dans son microcosme parisien et élyséen qui fait un déni complet de la situation.
Une réunion feutrée où le Secrétaire d’Etat donne le sentiment que tout va bien à la fonction publique dans la situation sociale que nous traversons.

Après sa déclaration liminaire, FO Fonction Publique a rappelé au Secrétaire d’état que la situation nécessitait immédiatement des mesures d’urgence. Nous avons insisté sur l’augmentation de la valeur du point d’indice.
Le ministre est resté sourd à nos revendications.

FO lui a prédit une rentrée sociale sans précèdent, confirmée par de nombreux autres syndicats présents.
Nous lui avons également précisé qu’il serait responsable de la situation à venir.
Nous n’avons donc pas d’autres choix que de préparer, en cohérence avec le mandat de la Commission exécutive confédérale, la mobilisation nécessaire jusqu’à l’obtention de nos revendications.
Fait à PARIS, le 21 décembre 2018

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Appel intersyndical à la manifestation du 14.12

appel intersyndical 33 (1)

LE MINISTRE DOIT REPONDRE AUX REVENDICATIONS DES LYCEENS ET DES PERSONNELS !

Confronté à la colère des gilets jaunes et des lycéens, le président de la République tente d’endiguer le mouvement en prétendant apporter des réponses.
Les propos du Président Macron ne sont qu’enfumage et confirmation des orientations gouvernementales en matière de contre‐réformes.
Rien non plus sur les revendications des personnels de l’enseignement et des lycéens (Parcoursup, réforme du bac et du lycée…), dans un contexte où la répression brutale à l’encontre de la jeunesse s’amplifie.
Rien sur les services publics et les suppressions de postes.
Les revendications exprimées par les lycéens sont les nôtres.
– Contre Parcoursup ;
– Contre la réforme du bac et du lycée ;
– Arrêt des suppressions de postes ;
– Abandon du projet de loi « école de la confiance » ;
– Augmentation générale des salaires, du point d’indice, des retraites et des minima sociaux ;
– Abandon du projet de contre-réforme des retraites, maintien de tous les régimes particuliers et de notre code des pensions.
Nos organisations condamnent les violences exercées sur les lycéens et appellent les enseignants à multiplier les prises de positions contre ces violences. Elles s’adressent au Recteur afin qu’il reçoive les délégations lycéennes comme il s’y est engagé.
Nos organisations appellent les personnels à se réunir dans les établissements et à organiser des assemblées générales, avec les lycéens quand c’est possible, afin de décider de la grève du 14 décembre et des actions à engager, y compris par la grève, qui amplifieront le mouvement pour la satisfaction de l’ensemble de nos revendications.
Les organisations syndicales de l’enseignement de Gironde signataires, réunies le 11 décembre 2018.

TOUS A LA MANIFESTATION A BORDEAUX 14 DECEMBRE 11H30
PLACE DE LA REPUBLIQUE

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les lycéens maintiennent leurs revendications ! Ils ont raison

Communiqué du SNFOLC Com. lycées_3

AG dans les établissements, prises de position avec les lycéens : les revendications sont communes. Halte à la répression ! Satisfaction des revendications !

Partout en France, depuis plus d’une semaine les lycéens avec leurs organisations de jeunesse se mobilisent pour faire valoir leurs revendications :
– Abrogation de Parcoursup et de la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE)
– Abrogation de la réforme du lycée et du baccalauréat
– Non au Service National Universel
Ils veulent un avenir. Le ministre leur répond en envoyant la police, en multipliant les provocations, en humiliant les jeunes, en les interpellant massivement. A la justesse des revendications, il répond en semant la terreur. C’est lui le responsable de cette violence. Les violences contre les lycéens doivent cesser.

La FNEC FP-FO confirme à tous ses syndicats et à toutes les assemblées générales qui se tiennent dans de nombreux lycées qu’elle s’est adressée publiquement au ministre pour exiger que cessent les violences et la répression contre les lycéens et que s’ouvrent sans délai des négociations avec les organisations de jeunes et les organisations syndicales sur les revendications. Le gouvernement doit céder, répondre et négocier. Les personnels ne s’y trompent pas : dans de nombreux établissements, les professeurs se réunissent en AG, prennent position contre la répression brutale, pour la libération des élèves mis en garde à vue, décident la grève, réaffirment leurs revendications.
Par exemple, au collège Doisneau, Paris, 18ème, les personnels décident vendredi 7 de se mettre en grève à partir du lundi 10 décembre, car « Nous sommes choqués par les images des 150 lycéens de Mantes-la-Jolie agenouillés, les bras sur la tête sous la garde de CRS.  Nous sommes solidaires des lycéens qui se battent contre la réforme des lycées et des étudiants qui s’opposent à Parcoursup et à l’augmentation délirante des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers. Nous nous sommes réunis dans le contexte du mouvement des gilets jaunes ; nous sommes solidaires de ceux qui se mobilisent pour leur pouvoir d’achat ».
Même décision aux lycées J. Verne de Cergy ou Rousseau de Montmorency où après  blocus et intervention de la police, les professeurs sont en AG le 10 décembre. Les interventions communes des organisations syndicales se multiplient : à Créteil dès le soir des élections, dans le 81 « des AG se tiennent, initiant des liens avec les parents d’élèves, avec d’autres établissements, des grèves locales sont lancées avec plusieurs dates selon les situations locales : mardi 11, jeudi 13 et vendredi 14 décembre ». Les enseignants du lycée Jean Hyppolite de Jonzac dans le 17 réunis en AG le 10 décembre avec FO, CGT, FSU décident la grève le 11.
A la cité scolaire Voltaire, Paris 11ème, les personnels avec les sections syndicales SNES-FSU, SN-FO-LC, SUD-EDUCATION décident la grève les 11 et 14 décembre car « Aujourd’hui, dans un climat très dégradé, la mobilisation des gilets jaunes a permis l’expression d’une colère légitime. Face à cette colère qui s’étend (salariés, chômeurs, retraités, lycéens…), le gouvernement s’enferme dans sa politique de casse sociale et répond par la répression policière, notamment à l’égard de la jeunesse qui se mobilise contre Parcoursup et la réforme Blanquer. »

La grève pour répondre au mépris du gouvernement qui en maintenant toutes ses réformes provoquent les élèves, les salariés du public et du privé. Plus d’une semaine de grève des lycéens et la seule réponse c’est une lettre aux enseignants les appelant « à la responsabilité de chaque et à un discours de sérénité adressé aux élèves » ! Insupportable car en ne répondant pas le ministre met en danger, les élèves et les personnels.
La FNEC FP-FO a déposé lundi 3 décembre un préavis de grève. Le SNFOLC confirme être avec les lycéens et ses organisations de jeunesse. Comme à Paris, vendredi, où le SNFOLC avec son Union Départementale FO et avec les autres organisations syndicales étaient présentes pour être aux côtés des lycéens.

Le SNFOLC propose : AG pour établir les revendications, les revendications des lycéens sont les nôtres et discuter des initiatives nécessaires y compris la grève.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Elections Professionnelles: Le mandat de Force Ouvrière confirmé

Communiqué du SNFOLC communiqué du snfolc 5-12-18

Défendre les garanties statutaires, défendre l’Ecole républicaine

Avec 13,66% des suffrages, la FNEC FP-FO demeure la troisième fédération de l’Education
Nationale et le premier syndicat confédéré dans l’Education Nationale. 3 700 voix supplémentaires se sont portées sur Force Ouvrière au Comité technique ministériel, lui permettant ainsi de renforcer sa capacité à défendre les revendications.

Le SNFOLC consolide ses positions et demeure la deuxième organisation syndicale chez les professeurs certifiés (+ 4,6 % de nos voix) et troisième chez les professeurs agrégés. De très nombreuses académies enregistrent une progression – en voix et en sièges – chez les certifiés et les agrégés (Amiens, Clermont-Ferrand, Dijon, Montpellier, Nancy-Metz, Toulouse, Versailles). Et pour la première fois, à Versailles, à Nice, le SNFOLC entre
dans la Commission administrative paritaire académique des agrégés.

Les voix FO se sont aussi portées de manière significative sur les Commissions consultatives paritaires des personnels contractuels et les CCP des personnels de surveillance et d’accompagnement, permettant ainsi de conquérir (comme à Orléans-Tours, en Martinique, où FO obtient un siège en CCP) et d’amplifier nos positions : dans certaines, comme à Rouen, FO devient majoritaire.

Dans une situation marquée par la volonté des gouvernements successifs de remettre en cause la place des syndicats et de détruire la place et le rôle des comités techniques, des CAP et des CHSCT, ce résultat est un cinglant démenti à tous ceux pour qui la mission du syndicat ne serait plus la défense des intérêts matériels et moraux des personnels, mais l’accompagnement des politiques ministérielles.

Ces résultats confirment la place que les salariés donnent à Force Ouvrière pour défendre leurs revendications au moment où les contre-réformes Blanquer-Philippe suscitent un immense rejet. Ce vendredi 7 décembre, comme depuis une semaine, les lycéens manifestent contre la réforme du Baccalauréat et du lycée, pour garder leurs professeurs, contre Parcoursup : ils ont raison. Et au lieu de les entendre, la réponse du gouvernement est de fermer des établissements scolaires comme dans l’Oise, par exemple, où 17 lycées sont fermés aujourd’hui et demain, interdisant ainsi aux personnels, aux lycéens,
de se réunir avec leurs organisations syndicales.

Le SNFOLC, comme la FNEC FP-FO, condamne fermement la répression massive dont fait preuve le gouvernement. Les revendications doivent être satisfaites. La FNEC FP-FO demande à être reçue d’urgence par J.-M. Blanquer et a déposé un préavis de grève pour couvrir toutes les initiatives. Le SNFOLC appelle les personnels à se réunir, à multiplier les prises de position : ce n’est pas le courrier du ministre aux personnels en appelant « à la responsabilité de chaque et à un discours de sérénité adressé aux élèves » qui répond aux revendications. Il doit ouvrir immédiatement des négociations avec les organisations syndicales et de jeunesse sur la base des revendications.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Appel à la grève le 12 novembre

Les 2 appels à la grève et à la manifestation du 12 novembre: texte FO CGT SUD Snalc UNL- grève le 12 novembre-1          texte FO, CGT et SNALC – grève le 12 novembre

En Gironde, il y aura deux appels à la grève le 12 novembre. Celui FO, CGT, SNALC, qui appelle les collègues à manifester contre les réformes Blanquer (réforme sur le lycée général et technologique, sur la voie professionnelle, sur l’orientation et parcoursup, sur la fusion des académies…), parce qu’elles s’attaquent aux personnels et à l’école et  qu’elles suppriment des postes. Et celui FSU, UNSA, CFDT, SNALC, qui parle seulement des problèmes budgétaires, sans parler des réformes.

Voici l’ordre de la manifestation : FSU, UNSA, CFDT, puis un cortège où il y aura une banderole commune FO, CGT et SNALC. Le rassemblement se fera à 13h30 place Stalingrad à Bordeaux, pour un départ à 14h, avec une arrivée au rectorat.

Nous invitons tous les collègues étant contre les réformes Blanquer à rejoindre le cortège FO, CGT et SNALC.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Elections professionnelles du 29 novembre au 6 décembre : Les 3 étapes du vote FO

explications ici consigne de vote_4(1)

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire