CTA sur la répartition des moyens dans le second degré.

Notre déclaration en pièce jointe. DclarationCTA21janvier2019

D’après le Recteur tout va bien : nous avons obtenu 50 ETP (équivalent temps plein) en heures supplémentaires pour l’académie, ce qui répondrait à la demande d’augmentation du pouvoir d’achat des enseignants du second degré. Nous lui avons rappelé que pour nous l’augmentation du pouvoir d’achat passe par l’augmentation du point d’indice. De plus,  tous les personnels de l’éducation nationale n’ont pas recours aux heures supplémentaires, par exemple les professeurs documentalistes, CPE, AESH, AED …

Nous avons  aussi fait remarquer que, malgré ces 50 ETP supplémentaires l’académie perdait l’équivalent de 66 postes. En effet, l’enveloppe heures supplémentaires a été augmentée (+ 1 899 heures) au détriment des heures postes qui ont diminué (- 1 191 h). Pour la Gironde,  nous aurons 26 ETP en heures supplémentaires en plus, cela correspond à 1 ETP pour 86 élèves. Comment dans ces conditions le Recteur peut-il dire que cela va bien ? Il est évident que les classes seront encore plus surchargées. Le Rectorat affirme qu’il ne s’agit pas d’une augmentation des heures supplémentaires mais d’un rééquilibrage qui permettra aux établissements d’absorber les petits compléments de service. Nous avons bataillé pour lui faire finalement reconnaître que oui, les heures supplémentaires augmentaient ! En outre, le rectorat feint de ne pas comprendre que, pour certains collègues, ajouter une heure supplémentaire cela signifie une classe de plus et donc encore plus de fatigue. Et il se peut que dans certains établissements, cette augmentation d’heures supplémentaires ait pour conséquence d’envoyer un collègue en complément de service voire de supprimer son poste !  Ces collègues seront bien contents alors de cette soi-disant augmentation de pouvoir d’achat par les heures supplémentaires ! Il faudra donc être vigilant quant à la répartition des heures supplémentaires dans chaque établissement.

Nous avons aussi discuté de la globalisation des heures des DGH. Comme au collège les modalités de calcul des DGH n’ont pas changé, nous ne comprenions pas pourquoi dans certains établissements, qui ont la même structure, on demande à certaines disciplines de  se serrer la ceinture. Pas de réponse de la part du rectorat. Mais  ID-FO  (le syndicat FO des personnels de direction) nous a appris que la DSDEN de Gironde a demandé aux chefs d’établissement de sanctuariser des moyens pour le dispositif Devoirs faits au détriment des heures d‘enseignement et des groupes à effectif réduit, ce qui semble être contraire aux textes. Pour le Recteur, cette situation est normale. Il faudra être vigilant dans vos établissements concernant ce dispositif Devoirs faits.

Sur le lycée, nous avons dit qu’il est impossible de mettre en place la réforme et que FO continue d’en demander le retrait. Le Recteur a répété qu’il ne faut pas faire de menus car cela recréera les filières et qu’il n’en est pas question ! Et pourtant cela simplifierait la tâche des chefs d’établissements et des enseignants…

Dans ce sens, nous avons présenté des vœux conjointement avec la FSU:

Vœu 1 : Les membres du CTA de Bordeaux demandent le retrait des réformes du lycée et du baccalauréat.

Vœu 2 : Les membres du CTA de Bordeaux demandent l’abandon du projet de loi « Pour une école de la confiance ».

Vœu 3 : Les membres du CTA de Bordeaux s’opposent à la fusion des académies.

Vœu 4 : Les membres du CTA de Bordeaux demandent l’abandon du projet d’une deuxième HSA imposée.

Vœu 5 : Les membres du CTA demandent l’abandon de la plate-forme post-bac PARCOURSUP.

Et bien, paroxysme du « dialogue social », le Recteur a refusé de les soumettre au vote.  Il veut des vœux où nous  expliquons pourquoi la réforme du bac n’est pas bonne… alors qu’il y a déjà eu beaucoup de discussions en CTA  et en Groupe de Travail là-dessus.

Ce contenu a été publié dans Actions, CTA, Réforme du lycée, Rémunérations, Rentrée, Services publics. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *