Déclaration de la FNEC au CTSD 33

Déclaration du CTSD 33 31-01-2019 V4

Monsieur Le Directeur des Services De l’Education Nationale,
Mesdames & Messieurs les membres du Comité Technique Spécial Départemental.

Tout d’abord, permettez-nous, Monsieur L’Inspecteur d’Académie, au nom de tous les militants de la FNEC-FP-FO, de vous souhaiter une bonne année 2019. Nos voeux s’adressent également à tous les personnels de la DSDEN 33.

Les personnels de l’Education Nationale en poste en Gironde, par leur vote aux dernières élections professionnelles, ont permis que notre organisation, la FNEC-FP-FO, garde ses deux représentants au CTSD.
Nous tenons à remercier tous les militants, adhérents, sympathisants et électeurs qui ont porté leur voix sur les listes FO. Par ce vote, le personnel de l’Education Nationale plébiscite un syndicat libre et indépendant dont le seul objet est la défense des intérêts particuliers et moraux des agents de la Fonction publique. Par ce vote, ils soutiennent un syndicat qui refuse la cogestion et la co-construction des réformes. Par ce vote, ils rappellent que le protocole PPCR (Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations) est une véritable machine à faire des économies, en conformité avec les objectifs de diminution de la dette publique.

L’austérité se fait de plus en plus sentir. Pour la dénoncer, Le 5 février une manifestation interprofessionnelle aura lieu dans le pays et notre confédération Force Ouvrière sera dans
le cortège. Le 7 février, la fédération de fonctionnaires Force Ouvrière organise une manifestation nationale à Paris. Les personnels de l’Education Nationale n’en peuvent plus!
Voici ce qu’ils demandent :
– Augmentation du point d’indice, qui est le seul moyen d’augmenter les salaires
– Préservation des services publics et des statuts des personnels. Ainsi il faut des moyens pour travailler dans des conditions décentes. Nous ne voulons pas de la contractualisation des personnels au profit des emplois statutaires.
– Retrait des contre réformes subies dans l’Éducation nationale depuis la loi de la refondation de l’école, le décret Hamon sur les obligations de service des enseignants jusqu’à la réforme du lycée et la fusion des académies.
– Maintien de l’ensemble des régimes de retraite existant et refus de tout système universel par points.
Cette liste de revendications est non exhaustive.

Venons-en à l’ordre du jour et à la répartition de la DGH dans le 2nd degré.
Il faut noter le nombre d’ETP insuffisant pour notre département car nous avons eu 26 ETP supplémentaires en heures supplémentaires, c’est-à-dire un poste pour 86 élèves. Que dire face à ces chiffres, à part que cela va encore dégrader les conditions de travail de l’ensemble des personnels ?

Commençons par les collèges, où les effectifs augmentent à hauteur de 1612 élèves pour 984 h de plus. Cela signifie un h/e de 0,6 qui fait évidemment baisser le h/e de l’ensemble des établissements. Cela signifie donc que les classes seront encore plus chargées alors que l’une des premières revendications des collègues est d’avoir moins d’élèves par classe. Nous reviendrons plus tard sur l’augmentation des heures supplémentaires.

Un autre point à souligner est le dispositif « devoirs faits ». Pourquoi demander aux établissements de sanctuariser des moyens pour le dispositif « devoirs faits » sur la marge, au détriment des groupes à effectif réduit et des projets ? Cela ne fait que diminuer les moyens donnés à l’enseignement et dégrader un peu plus nos conditions de travail. Pouvez-vous nous donner le mode de calcul des heures à réserver pour « devoirs faits » ? Allez-vous toujours donner à la même hauteur une enveloppe aux établissements pour ce dispositif ? Cela ressemble bien à une mesure d’économie puisque vous n’avez pas eu assez de moyens pour abonder correctement les DGH. De plus certains établissements n’ont plus les moyens dès février de payer les collègues assurant le dispositif devoirs faits. Avez-vous une enveloppe supplémentaire pour que les heures de fin d’année soient rémunérées?

Concernant les lycées de l’enseignement général et technologique, nous sommes très inquiets. En effet la réforme du lycée, dont les dégâts seront amplifiés par l’augmentation des heures supplémentaires, est en train de tout changer dans certains établissements. Lors de conseils pédagogiques nous voyons déjà que certains postes risquent d’être supprimés. En effet cette réforme n’est qu’une mesure de plus d’austérité qui permet de faire des économies, la preuve est qu’avec 218 élèves de plus l’ensemble des établissements perdent 30 heures.
C’est une des raisons pour lesquelles FO demande le retrait de cette réforme ainsi que la non augmentation des heures supplémentaires.
De plus, Monsieur Le DASEN, comment allez-vous financer notamment toutes les options qui figurent à la carte arrêtée lors du Comité Technique Académique du 21 décembre dernier et publiée sur le site du Rectorat de Bordeaux ? Cela semble impossible à la vue des premiers conseils pédagogiques qui se sont déroulés. Certains chefs d’établissements, comme au lycée Eiffel de Bordeaux, disent même ne pas ouvrir une spécialité au motif de garder la coloration de leur établissement, alors que la réalité est que les moyens manquent pour tout ouvrir ! La situation en lycée est critique et ce n’est pas qu’une question de mise en place de la réforme du lycée, c’est tout simplement une mauvaise réforme !

 Concernant la Voie Professionnelle, on constate que les effectifs en Gironde sont en baisse puisque la DSDEN 33 nous annonce une prévision de -244 (au lieu de +162 au CTA). Ainsi la directive de la DGESCO d’augmenter de manière significative l’orientation vers la Voie Professionnelle n’est pas respectée. Cette baisse d’effectifs, qui occasionne une baisse de DGH, associée à l’augmentation du pourcentage d’heures supplémentaires, va entraîner des suppressions de postes.
Dans la réforme de la voie professionnelle, il n’est pas prévu de regroupements de divisions de CAP en enseignement général jusqu’à 30 élèves ! Nous demandons à ce que ces divisions
ne soient pas systématiquement regroupées car dans le cas contraire, ce sont des conditions de travail dégradées pour les élèves et les enseignants. De plus, contrairement aux modalités de calcul des DGH, qui figurent dans le document du CTA du 21 janvier dernier, mais aussi à celles transmises aux chefs d’établissement, ce ne sont pas 34h qui doivent être attribuées aux 1ères année de CAP mais bien 37h (hors dédoublement sans seuil). En effet l’arrêté du 21 novembre 2018 publié au JO du 20 décembre 2018 prévoit 3h par division pour le chef d’oeuvre, horaire donnant droit au dédoublement de la dotation horaire professeur sans condition de seuil.

Concernant les classes de SEGPA, comme pour les classes de CAP, sont inscrits des élèves en très grandes difficultés qui ont des besoins très particuliers qui nécessitent le travail avec des groupes à effectifs réduits. Pour les classes de 4ème et 3ème SEGPA, il est donc absolument nécessaire que les heures de découverte professionnelle soient dédoublées (8 élèves maximum) comme le sont les heures d’atelier en EREA (circulaire du 24 avril 2017). Oui, les élèves de SEGPA ont, pour la plupart, les mêmes profils que les élèves d’EREA et sont plus jeunes. Monsieur Le DASEN, vous devez donner tous les moyens nécessaires pour que nos élèves de CAP et de SEGPA ne se retrouvent pas maltraités et pour que nos collègues n’aient pas une nouvelle dégradation de leurs conditions de travail. De plus nous constatons encore une baisse de moyens de l’ordre de 300 heures pour les SEGPA en Gironde…

La FNEC FP-FO demande à ce que tous les moyens soient donnés aux établissements de la Gironde pour qu’il n’y ait aucune suppression de postes de PLP.

L’autre point à noter est l’augmentation significative des heures supplémentaires au profit des heures postes. Dans les collèges, on note donc une baisse des heures postes de l’ordre de 369 h, ce qui équivaut à environ 20 postes statutaires. Et les heures supplémentaires augmentent en même temps de 1354 h. Dans les lycées généraux et technologiques les heures supplémentaires augmentent d’environ 600 h alors que les heures postes diminuent d’environ 640 heures, soit l’équivalent de 35 postes. Pourquoi le gouvernement reste-t-il sourd au mal être des enseignants, qui sont excédés ? Comment obliger les collègues à prendre plus d’heures supplémentaires alors qu’ils sont déjà tous débordés et qu’en lycée certains le seront encore plus puisque la réforme du lycée les contraindra à avoir plus de classes, en philosophie par exemple ? Cela va seulement contribuer à encore plus de fatigue du côté des enseignants, car plus de classes, plus de copies et donc plus d’arrêts maladie. Remarquons que les heures supplémentaires tombent bien, puisqu’elles permettront aux collègues de se financer leur jour de carence. Trêve de plaisanterie, augmenter les heures supplémentaires au prétexte d’augmenter les salaires, alors que le point d’indice n’augmente pas, n’est pas une solution. Augmenter les heures supplémentaires pour absorber les petits compléments de service dépendra de chaque structure et cela ne sera pas vrai partout. Certains établissements les absorberont et d’autres en créeront. Quant aux collègues qui à cause des heures supplémentaires se verront partir en complément de service ou pire verront leur poste supprimé, ils seront heureux d’apprendre que le gouvernement leur donne une chance d’augmenter leur pouvoir d’achat ! Cette mesure n’est donc qu’une mesure d’austérité, FO en demande le retrait.

Autre point concernant les élèves d’ULIS et d’UPE2A, FO demande toujours à ce que ces élèves soient comptés dans les effectifs des classes des établissements. Car inclure ces élèves à besoin particuliers dans des classes chargées qui parfois sont à 30 élèves ou plus, et parfois sans AESH, cela relève de maltraitance, de la part de l’institution. Comment les collègues peuvent-ils s’occuper de ces élèves à besoins particuliers et s’occuper du reste de la classe, qui a aussi ses difficultés, dans des classes surchargées ?
Nous vous remercions pour votre écoute.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *