Les lycéens maintiennent leurs revendications ! Ils ont raison

Communiqué du SNFOLC Com. lycées_3

AG dans les établissements, prises de position avec les lycéens : les revendications sont communes. Halte à la répression ! Satisfaction des revendications !

Partout en France, depuis plus d’une semaine les lycéens avec leurs organisations de jeunesse se mobilisent pour faire valoir leurs revendications :
– Abrogation de Parcoursup et de la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE)
– Abrogation de la réforme du lycée et du baccalauréat
– Non au Service National Universel
Ils veulent un avenir. Le ministre leur répond en envoyant la police, en multipliant les provocations, en humiliant les jeunes, en les interpellant massivement. A la justesse des revendications, il répond en semant la terreur. C’est lui le responsable de cette violence. Les violences contre les lycéens doivent cesser.

La FNEC FP-FO confirme à tous ses syndicats et à toutes les assemblées générales qui se tiennent dans de nombreux lycées qu’elle s’est adressée publiquement au ministre pour exiger que cessent les violences et la répression contre les lycéens et que s’ouvrent sans délai des négociations avec les organisations de jeunes et les organisations syndicales sur les revendications. Le gouvernement doit céder, répondre et négocier. Les personnels ne s’y trompent pas : dans de nombreux établissements, les professeurs se réunissent en AG, prennent position contre la répression brutale, pour la libération des élèves mis en garde à vue, décident la grève, réaffirment leurs revendications.
Par exemple, au collège Doisneau, Paris, 18ème, les personnels décident vendredi 7 de se mettre en grève à partir du lundi 10 décembre, car « Nous sommes choqués par les images des 150 lycéens de Mantes-la-Jolie agenouillés, les bras sur la tête sous la garde de CRS.  Nous sommes solidaires des lycéens qui se battent contre la réforme des lycées et des étudiants qui s’opposent à Parcoursup et à l’augmentation délirante des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers. Nous nous sommes réunis dans le contexte du mouvement des gilets jaunes ; nous sommes solidaires de ceux qui se mobilisent pour leur pouvoir d’achat ».
Même décision aux lycées J. Verne de Cergy ou Rousseau de Montmorency où après  blocus et intervention de la police, les professeurs sont en AG le 10 décembre. Les interventions communes des organisations syndicales se multiplient : à Créteil dès le soir des élections, dans le 81 « des AG se tiennent, initiant des liens avec les parents d’élèves, avec d’autres établissements, des grèves locales sont lancées avec plusieurs dates selon les situations locales : mardi 11, jeudi 13 et vendredi 14 décembre ». Les enseignants du lycée Jean Hyppolite de Jonzac dans le 17 réunis en AG le 10 décembre avec FO, CGT, FSU décident la grève le 11.
A la cité scolaire Voltaire, Paris 11ème, les personnels avec les sections syndicales SNES-FSU, SN-FO-LC, SUD-EDUCATION décident la grève les 11 et 14 décembre car « Aujourd’hui, dans un climat très dégradé, la mobilisation des gilets jaunes a permis l’expression d’une colère légitime. Face à cette colère qui s’étend (salariés, chômeurs, retraités, lycéens…), le gouvernement s’enferme dans sa politique de casse sociale et répond par la répression policière, notamment à l’égard de la jeunesse qui se mobilise contre Parcoursup et la réforme Blanquer. »

La grève pour répondre au mépris du gouvernement qui en maintenant toutes ses réformes provoquent les élèves, les salariés du public et du privé. Plus d’une semaine de grève des lycéens et la seule réponse c’est une lettre aux enseignants les appelant « à la responsabilité de chaque et à un discours de sérénité adressé aux élèves » ! Insupportable car en ne répondant pas le ministre met en danger, les élèves et les personnels.
La FNEC FP-FO a déposé lundi 3 décembre un préavis de grève. Le SNFOLC confirme être avec les lycéens et ses organisations de jeunesse. Comme à Paris, vendredi, où le SNFOLC avec son Union Départementale FO et avec les autres organisations syndicales étaient présentes pour être aux côtés des lycéens.

Le SNFOLC propose : AG pour établir les revendications, les revendications des lycéens sont les nôtres et discuter des initiatives nécessaires y compris la grève.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *